Il est temps d’intégrer structurellement le développement durable dans la pratique du category management !

Category management et développement durable

Claire Lebras a récemment publié un article sur l’urgence d’intégrer structurellement le développement durable dans la pratique du category management sur  le Blog « Category manager 2.0 ». Nous vous proposons ici des extraits, moments forts et points essentiels.

D’après une étude européenne réalisée sur 15 pays par l’observatoire Cetelem, 72% des consommateurs tiennent compte dans leurs choix d’enseignes et de marques de grande consommation la dimension du développement durable. Même si d’autres éléments comme l’image prix et la praticité peuvent être la plupart du temps des facteurs de choix prioritaires, la prise en compte du développement durable ne peux plus être balayé d’un revers de manche. Le marketing (avec les moyens de production) s’est engagé dans cette voie qui s’est accélérée en 2020 : plus de lancement de produits bio ou issus de matières recyclées ou recyclables, moins de packaging superflu, la prise en compte de l’éco-conception dans leurs projets… Les enseignes ont également enclenché un certain nombre d’actions souvent « encouragées » par des législations comme la réduction des déchets.

Mais qu’en est-il du category management ? Est-ce que finalement cet enjeu de développement durable ne devrait être qu’un sujet d’offre produit ou d’opération de communication ou de service rendu au client? Est-ce que le développement durable ne viendrait pas remettre en question le fondement même de l’approche catégorielle : identifier des leviers de croissance pour vendre plus, à plus de shopper en plus grande quantité ?

Pour Claire Lebras, il est temps que le category management se penche sérieusement sur la manière d’intégrer cette dimension de manière structurelle dans son approche et pas uniquement dans ses recommandations de référencement de produits « plus écologiques ». Un certain nombre d’acteurs ont par leurs initiatives ouverts la voie.

Le développement durable, allié du category management pour une croissance pérenne en grande consommation

L’essence même du category management est l’identification d’insights consommateurs et shoppers à même de générer de la croissance sur les 3 à 5 prochaines années pour une catégorie définie.

Le développement durable a été défini quant à lui en 1987 dans le cadre du rapport Brundland :
« Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. »

La plupart des acteurs, distributeurs et fournisseurs ont développé de leur côté leur approche et leur vision du développement durable au travers d’engagements et d’actions. Leurs actions sont à plusieurs niveaux et vont du simple respect de la réglementation (comme les programmes « zéro déchet » vs. la loi anti gaspillage 2020) à l’intégration du développement durable dans la fabrication des produits ou services voire jusqu’à son intégration dans la stratégie globale de l’entreprise. […]

Fournir une valeur ajoutée au client et au consommateur nécessite aujourd’hui d’intégrer pleinement la dimension de développement durable qui est devenu une véritable attente, voire même un critère de choix de consommation. Le développement durable ne remet pas en cause la finalité du category management, il apporte une approche plus « durable » et s’inscrit finalement pleinement dans cette logique de collaboration de long terme entre les distributeurs et les marques. Cette collaboration ne s’inscrit  plus uniquement dans une croissance commune « profitable » mais surtout dans une « croissance durable ». […]

Alors, comment intégrer le développement durable dans les leviers d’action catégoriels

Certaines marques ont réalisé un travail d’amélioration de leurs formules. D’autres ont avancé dans l’éco-conception ou la réduction de leurs emballages, dans l’approvisionnement plus local ou la rémunération plus juste de leurs producteurs. Une quantité importante de labels, de claims, de qualités produits… Sont apparus en rayon rendant la lecture de l’offre plus complexe pour le consommateur. Quelle différence entre un produit FSC ou PEFC ? Vaut-il mieux un produit bio qui a voyagé par avion ou un produit non bio produit localement ? Des produits non bios ont été améliorés en parallèle du développement de nouvelles gammes ou même de lancement de marques écologiques. Un grand nombre de données vient donc enrichir celles plus classiques de la performance du produit, de sa rentabilité, de la couverture du besoin consommateur…. Grâce aux outils d’aide à la décision il est donc possible d’intégrer, de traiter l’ensemble de ces datas pour développer un indicateur de développement durable qui viendrait pondérer les autres indicateurs de performances du produit comme ses ventes ou sa marge. Ainsi les assortiments pourraient être ajustés et prendre mieux en compte ces dimensions tout en les pondérant les unes par rapport aux autres. Les plateformes d’intelligence augmentée peuvent dès lors intégrer ces dimensions pour identifier les assortiments équilibrés ou déséquilibrés, qui intègrent les dimensions du développement durable dans l’offre proposée aux shoppers.

[Cliquez ici pour lire l’article dans son intégralité]

Le sujet du vrac est également intégré à certaines réflexions entre industriels et fournisseurs sous l’impulsion de tiers comme l’Institut du Commerce via ses ateliers réalisés en 2019 autour d’un parcours d’achat éco-responsable. Ces ateliers ont notamment abouti à des tests réalisés entre la start-up Jean Bouteille et des points de vente Carrefour: par exemple, la mise ne place ponctuel d’un comptoir de Bière avec un contenant réutilisable et consignable au Carrefour d’Athis Mons en 2020.
[…]

Le sujet de la gestion des ILV et PLV doit également être fait en concertation entre les distributeurs, les marques et les prestataires

Dans son étude sur la fin de vie des PLV, l’association POPAI du marketing du point de vente estimait à 100 000 tonnes de PLV produites par an en France soit 6% du carton et 11% du plastique, bois et métal du volume total en grande distribution. L’association des professionnels du marketing du point de vente a initié depuis 2009 une réflexion et une démarche afin d’optimiser l’usage des PLV pour réduire leur impact environnemental. Accompagné par l’ADEME, l’organisme a mis en place ECO POPAI qui certifie une démarche d’éco-conception des fabricants de PLV à partir de la certification ISO 14001. La problématique du stockage et du réemploi des PLV/ILV est un enjeu pour les marques et les distributeurs : est-il possible d’attribuer un emplacement de stockage au sein des réserves de certains hypermarchés ? Les PLV réutilisables sont-elles rentables ? La récupération et le retraitement de certaines PLV ainsi que des éléments de mobiliers sont également possible à envisager mais ils nécessitent du temps et d’autres moyens (transport, solution de recyclage ou de traitement) de la part des fournisseurs. L’analyse du cycle de vie d’une PLV vient donc compléter le retour sur investissement lié à la valorisation des gammes mises en lumières par un totem, une arche, une affiche, un stocker de sol …
[…]
Ainsi, un parcours d’achat éco-responsable vient diminuer les externalités négatives d’un parcours d’achat classique, de la prise de décision jusqu’à l’acte d’achat. Proposer un certain nombre d’initiatives au shopper pour qu’il puisse  prendre plus facilement en compte les actions menées par les distributeurs et les marques doit devenir une partie intégrante du fonctionnement du category management. Ces initiatives seront plus viables, plus pertinentes et plus efficaces si les distributeurs et les marques collaborent autour de ces projets en vue d’apporter de la valeur ajoutée (durable) pour le shopper.

Sources :
L’éco-conception des PLV, Popai, 2018
PLV écologique : une urgence environnementale, Cassandra Girard, Industriel.net, mai 2020
Conso 2020 – Le temps du consommateur activiste, Observatoire Cetelem
Chaire Retail 4.0 ESCP et Bearing Point, webinaire « Eco-responsabilité et retail, un mariage de raison? », 3 février 2021
Rapport des meilleures pratiques du category management, ECR Europe 1997

Et pour retrouver l’article dans son intégralité, cliquez ici.

Merci Claire LEBRAS pour votre autorisation à reprendre les grandes lignes de votre article sur notre BLOG.

Partager cet article :
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
autres articles

De nombreuses marques et enseignes nous font confiance pour notre expertise dans leur secteur. Nous avons pris le temps de les écouter et d’échanger pour que leurs projets soient réussis. A partir de leurs besoins, riche de notre expertise sur ces secteurs et fort de notre...
  • En savoir plus

L’aménagement d’un point de vente répond à certaines règles précises de merchandising pour interagir avec le shopper et l’inciter à acheter. Cette approche est fortement liée au marketing puisqu’elle cherche à optimiser la présentation des produits en les...
  • En savoir plus

Comme chaque année à l’approche des fêtes, les vitrines de magasins se parent de leurs plus belles décorations. Fidèles à la tradition, les façades des grands magasins parisiens deviennent le théâtre de saynètes féériques où se côtoient automates animés et...
  • En savoir plus

Tout le monde s’accorde sur un point : les shoppers attendent de l’expérientiel quand ils entrent dans un point de vente. Mais de quoi parle-t-on ? Comment les enseignes peuvent concrétiser cette expérience attendue ? Même si on peut s’inspirer de ce que...
  • En savoir plus